alternative teKen


la musique commence où s'arrête le pouvoir des photos


 
Le clan Cave
#Interview #ActeurCulturel #photographie

Publié le 10/01/2017
Partenaires fidèles, structures jumelles, habitués amis... Tout l'écosystème de la Cave aux Poètes repose sur ces proches qui nous soutiennent !
alternativeteken.com


Duo discret vissé aux premiers rangs de toutes les scènes euro-métropolitaines, Laure et Nicole recherchent la qualité, le pointu, le rare et même l’exception en musique alternative. Cet art de vivre devant les crashs-barrières et derrière l’objectif, alternative teKen le cultive sur la route des salles de concert et des festivals où la musique indépendante se découvre et se vit. A raison de 250 concerts à l’année pendant 20 ans : le compte est renversant !

Comment est née cette passion pour la musique live combinant la photo ?
Il y a eu une conjonction de situations qui ont fait que les choses ont pris forme. La musique est arrivée en premier avec les concerts. Il y a eu trois déclencheurs : David Bowie en concert le 17 février 1996 au Zenith de Lille est le premier à nous avoir bousculées.
Ensuite Cécile, une amie de Dordogne venue faire ses études à Lille, n'avait pas de quoi écouter les cd qu'elle venait d'acheter. Elle est venue à la maison avec le 1er album de dEUS qui à l'époque n'était pas du tout connu. Ce CD nous a donné envie de les voir en concert. Nous sommes donc allées en Belgique où nous avons découvert que de nombreux groupes indépendants, anglais, américains, belges, etc.. s'y produisaient. Fin 90 la musique indépendante était très florissante en Belgique et aux Pays-Bas. Nous y allions régulièrement en concert. Il fallait passer des frontières. Il n'y avait pas de monnaie commune. Il y avait des fanzines et des flyers et surtout des amis qui nous informaient par téléphone. La photo de concert en Belgique n'était pas réglementée comme elle l'est aujourd'hui. Comme certains reviennent de week-end avec des photos de leur virée touristique, nous, nous ramenions de nos escapades de nombreuses photos de groupes pour les partager avec nos amis.
- Enfin nous habitions rue Colson à Lille, en face du premier Aéronef et à 2 pas de la radio RCV.
Pour équilibrer le rythme super intense du boulot, j'avais décidé de mettre dans mon emploi du temps la musique « vivante ».
Il a donc été naturel et facile d'arriver à cet amalgame appelé "la photo de concert de musique alternative indépendante".

Comment est né le projet alternative teKen ?
alternative teKen aura 20 ans en 2017. En 1997 l'émission "What's up" sur la radio associative lilloise RCV a eu envie de soutenir l'intérêt pour les titres diffusés par des interviews et des reportages publiés sur leur site internet. La radio souhaitait un style "reportage" afin d'éviter de faire "galerie". Pour atteindre cet objectif nous avons eu l'idée de mixer les clichés des deux photographes et de les co-signer. Ce principe est toujours en vigueur aujourd'hui.
Après quelques années de coopération avec l'animateur de cette émission, et aussi pour publier tout ce qui nous plaisait musicalement, nous avons décidé de créer notre propre support sur internet. Le nom du site a été trouvé alors que nous étions sur la route entre Lille et Anvers. Sur la chaussée il y a des marques pour indiquer les distances à respecter en cas de brouillard et le panneau routier correspondant indique « twee tekens ». Le mot « alternative » nous a paru incontournable. Et « teken » en néerlandais signifie le signe, la marque. D’où le logo qui est issu d’une photo prise à Tokyo !



C’est un projet bénévole de passionnées ! Qu’est ce que vous en retirez ?
Aller régulièrement en concerts était au début comme une sorte d'hygiène de vie, puis c'est devenu un art de vivre. Vingt ans après c'est en moyenne 250 soirées de concerts par an.
Dès le début le choix a été fait de ne jamais vendre de photos car l'idée est d'encourager les personnes à aller plus souvent écouter de la musique alternative et indépendante en "live" : "There is no reason to stay at home". Comme tous les bons artistes ne se produisent pas à Lille et dans sa proche région, nous sommes capables de faire quelques kilomètres pour au final partager ce que beaucoup n'auront pas pu voir et entendre. Cela veut dire faire connaître le monde de la musique alternative : les musiciens, les lieux, les salles et les évènements entre Londres et Cologne, Amsterdam et Paris.

Comment photographie-t-on un concert ?
Nous photographions un concert d'abord avec nos oreilles, nos émotions, puis avec du très bon matériel. En photo de concert il y a deux écoles : ceux qui photographient des lumières ou une ambiance générale et ceux qui font des portraits. Pour notre part nous souhaitons capter particulièrement les moments d'action ou encore ceux où l'artiste s'abandonne, nous cherchons une forte connexion émotionnelle. C'est comme un surfer qui cherche la vague idéale.
Chaque concert reste unique. Pour toute personne chaque jour est différent. Les musiciens changent d'énergie, d'émotion, le public réagit autrement, l'atmosphère de la salle est positive ou nerveuse, le son et la lumière sont excellents ou pourris. Même si la setlist ne change pas, le sentiment de répétition n'existe pas avec des artistes qui ont de l'envie, un besoin d'être sur scène, un univers, une âme, quelque chose à exprimer et à partager.


la photo de concert est le fruit du hasard : c'est comme un surfer qui cherche la vague idéale


La photo de concert est le fruit du hasard. Les musiciens et la lumière bougent. Tout est imprévisible, c'est du sport ! A observer à plusieurs reprises les mêmes musiciens, les moments où existe le lien émotionnel fort entre le groupe et le public deviennent plus clairs.

Comment choisissez vous les concerts où vous allez ? Est-ce que vous vous laisser surprendre en prenant des paris ?
Depuis 20 ans alternative teKen a choisi d'être sur le terrain, dans les salles de concert et les festivals où la musique indépendante est à l'honneur. Avec de la rigueur, du respect et de la discrétion nous avons petit à petit tissé un réseau de relations de confiance que ce soit au niveau des groupes, des labels indépendants ou des organisateurs exigeants.
Le territoire lillois et la Belgique sont très riches en lieux et en évènements de musique alternative. Il faut rajouter que Lille est un excellent point de départ pour partir dans n'importe quelle direction que ce soit en voiture, en train ou en avion.

Qu'est ce que c'est la vie de tournée avec un groupe indé sur les routes ?
Pour nous une tournée n'est possible que lorsque la musique nous plaît beaucoup et qu'humainement le courant passe. Tout est une question de confiance mutuelle. Etre sur la route nous permet d'apprécier les conditions quotidiennes des groupes et de mesurer la foi qu'ils ont dans ce qu'ils sont. Grâce aux artistes qui nous font confiance, parfois depuis 20 ans, nous rencontrons de magnifiques personnes et d'autres artistes, nous détectons les différences d'accueil entre les salles et leurs équipes, nous découvrons les villes la nuit, nous prenons aussi du bon temps. C'est notre manière de faire du tourisme.
Finalement en étant proches des artistes, ils oublient pratiquement l'appareil photo et nous pouvons plus facilement anticiper leurs attitudes et leurs réactions exclusivement sur scène.

Les autres articles Le clan Cave

Vos avis

Playlist

e
Gruff Rhys • Shark Ridden Waters

a
White Wine • Losing Sweet Permission

d
Tindersticks • My Oblivion

b
Part Chimp • 30,00000000000000 People

c
Gareth Dickson • This is the Kiss

z
Corrina Repp • Woods