Arrache toi un œil


Au royaume de la sérigraphie, les borgnes sont rois


 
Graphisme
#interview #artiste

Publié le 10/01/2015
Chaque trimestre et à chaque occasion, la Cave collabore avec des artistes et graphistes de tous horizons !
arrachetoiunoeil.com


Activiste de l’underground musical à Paris depuis le début des années 2000, le duo arrache toi un Œil n’a de cesse d’emmêler arts graphiques et musique, au fil d’œuvres-affiches organiques et passionnées. têtes chercheuses discrètes d’un courant alternatif toujours en mouvement, ils ont réalisé l’artwork de ce trimestre pour la cave aux Poètes, qui se retrouve pleinement dans leur engagement défricheur, d’artistes pointus à découvrir absolument.

Quels sont vos parcours artistiques, et surtout comment en êtes vous arrivés à privilégier la sérigraphie ?
On s’est rencontré en 2003, Emy était aux Beaux-Arts et Gaspard finissait une école de communication visuelle ; on partageait un goût commun pour la musique en général. On avait tous les deux commencé à organiser quelques concerts chacun de notre côté, et on a continué ensemble en apportant toujours un grand soin aux flyers et affiches annonçant les événements.
Un ami ayant découvert la sérigraphie dans un atelier bordelais (Chez Meddhi / Loulouprod) est revenu avec l’idée d’en démarrer un en région parisienne. il nous a proposé de se joindre à l’équipe des motivés, et on a donc commencer avec sept autres personnes à découvrir cette technique, en tâtonnant... Ce n’est que depuis 2009 et après beaucoup d’expérimentations, qu’on s’est vraiment spécialisé là-dedans.


on s’intéresse pas mal à tout ce qui est fait avec passion et le côté fait-maison


vous avez tous les deux une patte graphique, et des techniques personnelles assez différentes ; comment se fait-il qu’on identifie pourtant un « style ATUO », d’où vient cette unité visuelle de toutes vos productions ?
On a chacun des influences différentes et un style personnel qui a évolué. La sérigraphie nous a aussi donné d’autres idées pour le travail des couleurs, les superpositions...
On ne sait pas si on peut parler d’un style commun, on fait quand même des choses assez différentes, mais il est vrai que le fait de travailler dans un même espace et d’imprimer ensemble crée un lien entre les différentes créations...

Vos productions sont indissociables de votre passion pour la musique, au cœur du projet atUo. Qu’est ce qui est arrivé en premier ? la musique ou le graphisme ?
La musique a toujours été là, nous a accompagné pendant l’adolescence et tout au long de nos études. On n’avait jamais cru pouvoir travailler dans l’illustration ou le graphisme en y alliant cette passion, on a beaucoup de chance par rapport à ça, même si c’est pas facile tous les jours.
En tout cas, on ne regrette pas d’avoir fait ce choix !

vous organisez aussi des concerts, vous montez des expos, vous brassez de la bière et éditez des livres... en fait, vous définir comme un collectif de graphistes est très réducteur !
On a commencé par l’organisation de concerts, et on joue chacun dans des groupes : c’est quelque chose d’important pour nous. Après, on s’intéresse pas mal à tout ce qui est fait avec passion et le côté fait-maison. L’édition représente une grosse quantité de travail et un coup de production assez important ; les prochains livres seront sans doute des projets avec nos créations...
Et depuis deux ans, on a aussi commencé à proposer des installations ou créations sérigraphiées de grande taille, ça permet de sortir des formats habituels, et surtout de vraiment travailler à quatre mains dessus.
Les autres articles Graphisme

Vos avis