Bains de Minuit


Un an de plongeons psychés


 
Le clan Cave
#Interview #ActeurCulturel

Publié le 01/04/2016
Partenaires fidèles, structures jumelles, habitués amis... Tout l'écosystème de la Cave aux Poètes repose sur ces proches qui nous soutiennent !
facebook.com


Bains de Minuit est né en avril-mai 2015 un peu par hasard : Kévin cherchait à rendre la pareille à un groupe Strasbourgeois en galère de date en les programmant au Biplan. C’est quelques mois plus tard qu’il lâche son « vrai job », et multiplie les propositions de rendez-vous concert jusqu’à atteindre une moyenne de croisière de quatre à cinq dates tous les mois !

Le premier anniversaire de Bains de Minuit est déjà là : combien de dates à ton actif ?
Je viens justement de calculer et je crois qu’on est à une petite trentaine de soirées concert, sachant que l’activité s’est accélérée depuis mes débuts.
Je pensais tempérer mon boulot alimentaire en m’éclatant à côté en organisant des concerts. Mais il se trouve que plus je m’investissais dans Bains de Minuit, plus le travail me semblait dérisoire. Du coup je me suis lancé à fond assez naturellement malgré le risque financier évident ; je me laisse le temps de d’épuiser et d’optimiser ce projet. Il faut que j’évacue cette frustration de ne pas avoir tout donné pour que ça marche quand j’ai vu que le public me suivait.

Oui ça semble avoir payé : quel est ce public que tu as trouvé ?
Evidemment c’est pour les gens qu’on produit des concerts. Donc ce sont les bons retours du public qui m’ont convaincus de développer Bains de Minuit. Il y a une vraie demande à Lille sur les dates psychédéliques que je propose, mais aussi un petit réseau d’habitués qui font confiance de dates en dates et viennent découvrir.
Tu as une ligne artistique précise quand aux groupes que tu fais jouer ? Bains de Minuit est naturellement identifiée comme l’asso qui organise des concerts psychés ; parce que c’est le style qui me parle le plus ! L’idée pourtant n’est pas de se restreindre car j’écoute plein d’autres choses. J’aime toucher au post-punk, à la folk et au rock indé en général.
En résumé, l’idée est avant tout de faire venir des groupes qui ne passeraient pas à Lille sinon, et de les faire découvrir aux gens. Je ne veux pas entrer en concurrence avec d’autres salles ou acteurs culutrels, mais me positionner sur un créneau qui sorte de ces propositions, pas tant comme une alternative que comme un complément.

Tu programmes dans plusieurs lieux différents. Comment abordes tu cette particularité ?
Mes partenaires principaux sont le Biplan, La Péniche, la Cave, un peu l’Aéronef. Ce sont des lieux avec qui je travaille régulièrement sur des petites jauges (autour de la centaine), ce qui n’est pas forcément facile à équilibrer : il faut réussir à doser le potentiel du groupe (ni trop gros ni trop petit) en anticipant la réponse du public.

Quels sont les projets pour la deuxième année de Bains de Minuit ?
Continuer à programmer régulièrement parce qu’évidemment on a une marge de progression à tous les niveaux qui ne demande qu’à progresser. En parallèle, j’ai un projet de festival à la rentrée, et une réflexion à entamer sur la diversification des activités de l’asso : le booking pour des groupes locaux notamment.

Bains de Minuit Selecta Les autres articles Le clan Cave

Vos avis

Playlist

1
Cobalt Cranes • Heavy Heart

2
Car Seat Headrest • America (Never Been)

3
The Underground Youth • Collapsing into Night

0
Holy Wave • the Pass

4
Syd Kemp • As I don't get it

5
Jimmy whispers • Heart don't know

6
Slow Steve • Minuit

7
The Black Waves • Full-Time dreamers

8
Lena Deluxe • Reeperbahn