Emilie & Ogden


rencontre et interview


 
Programmation
#rencontre #interview #harpe

Publié le 10/11/2016
La prog, les artistes : tout ce qu'il faut retenir sur l'actu des concerts à la Cave !


Etudiante lilloise en musiques actuelles et apprentie harpiste au conservatoire de Roubaix, Elina n'a pas hésité quand elle a su que son idole Emilie Khan se produisait à la Cave aux Poètes cet automne 2016 : elle a saisie cette occasion unique d'interroger l'artiste qui l'a tant inspirée, sur son parcours et son identité musicale.
Transcription de leur conversation backstage, qui précéda un des plus beau concert de l'année à la Cave :



Quand et comment s’est faite la rencontre avec ton producteur, Jesse Mc Cormack ?
Jesse est un ami de longue date, et on avait déjà travaillé ensemble sur un album d’un autre groupe il y a environ cinq ans. Quand j’ai commencé ce projet solo, Jesse jouait avec moi et on a commencé à enregistrer ensemble : ça s’est fait vraiment naturellement. 
De plus on a été signé sur Secret City Record plus ou moins au même moment et donc souvent, les gens ont l’impression que l’on s’est connu à cause du label mais en fait ça fait vraiment plus longtemps que l’on se connait.

Comment s’est déroulée la construction de l’album ?
On a enregistré l’album dans un studio qui se situe à une heure de Montréal, le studio B12. C’est une sorte de vieille bâtisse entièrement rénovée. On s’y était « enfermé » pendant une semaine pour écrire les bases de toutes les chansons et le reste s’est fait à Montréal sur plusieurs mois dans le studio de Jesse.
Ça a pris un certain temps avant que l’on ne finisse l’album, et on a cherché un label pendant assez longtemps.
Le projet a dormi pendant plusieurs mois avant d’arriver chez Secret City, et c’est un peu par hasard qu’un ancien tourneur avec lequel on travaillait leur a envoyé la démo. On se disait « Bon ils ne vont jamais l’écouter mais on aura essayé ».
C’est plus tard que Justin qui est à la tête du label m’a dit « C’est vrai que c’est plutôt rare que j’aie le temps d’écouter les démos qu’on m’envoie par mail » et un soir il a comme « pioché » parmi tous ses mails et c’est tombé sur nous : il a tout écouté, il a adoré ça, et voilà !

Tu as commencé la scène comme musicienne au sein de plusieurs groupes...
« Thanya Emilie and Ali »c’était mon premier vrai groupe : on l’avait monté avec deux filles que j’avais rencontrées à l’école, au Cegep.
Le Cegep c’est une sorte d’université que l’on a au Québec, enfin c’est plus un parcours de transition avant l’université et là-bas je participais à un programme de musique avec elles. En parallèle de ce programme, on a commencé à écrire ensemble, se booker des shows à Montréal …


je voulais trouver une certaine indépendance


Est-ce que c’est volonté de jouer maintenant en ton nom propre, pour communiquer une musicalité et des thèmes qui te sont plus personnels ?
Oui c’est ça ! Je pense aussi que c’est difficile d’écrire avec d’autres personnes. Avec le groupe on était souvent à deux ou même trois à se pencher sur les textes ensemble et il faut dire que ça fait du bien d’avoir plus de liberté maintenant et de contrôle sur les textes, je voulais trouver une certaine indépendance.

Quel a été le processus de construction de ta personnalité artistique ? Est-ce que l’insertion de l’instrument résulte de ta volonté d’accompagner tes textes pour leur donner vie, ou est-ce que ça s’est fait dans l’autre sens, d’abord l’instrument et ensuite l’initiation à la composition ?
C’est une question qu’on me pose souvent, les gens veulent savoir comment j’ai fait pour incorporer la harpe dans un répertoire populaire ou pensent encore que je pratique la harpe depuis vraiment longtemps mais ça s’est plutôt fait dans l’autre sens.
J’ai commencé à chanter quand j’avais 14-15 ans, j’avais une sorte de groupe à l’école, au secondaire, avec des amis et on jouait dans les spectacles de talents amateurs de l’école et je composais nos chansons avec ma meilleure amie qui jouait de la guitare.


la harpe est un instrument qui peut paraître très exotique mais qui n'est pas si compliqué : je fais ça de façon très intuitive


Plus tard je me suis essayée au piano, puis à la guitare, mais c’est un peu comme si je cherchais quel instrument pourrait m’accompagner et quand j’ai découvert la harpe celtique je suis comme « tombée en amour » avec l’instrument et ça s’est fait vraiment naturellement pour moi quand j’ai commencé à composer mes chansons avec la harpe.
Je pense que la harpe (celtique) c’est un instrument qui est quand même très exotique pour un certain nombre de personnes mais ce n’est pas si compliqué à jouer en fin de compte et ça s’insère plutôt bien dans la musique pop comme c’est diatonique, c’est facile, on peut plaquer les accords comme au piano ; et je fais ça de façon très intuitive.

Et est-ce que tu as été initiée à composer pour ton instrument ?
Comme je composais déjà, composer pour la harpe c’était plus une sorte de continuité : la harpe c’était juste la pièce manquante.
J’ai d’abord commencé à apprendre le répertoire plus classique de la harpe pour avoir les bases puis j’ai commencé à apprendre des morceaux de styles différents (jazz etc).
C’était cool de trouver une professeur qui me laissait cette liberté dans mon apprentissage parce que j’ai été confrontée à des professeurs qui ne voulaient pas travailler sur harpe celtique ou qui encore ne voulaient pas sortir du répertoire classique ...
La démarche que j’ai faite à la base ça a été d’aller sur le site craigslist et de faire une recherche à partir du seul mot « harpe ».
Ce qui est drôle c’est que craigslist est un site où tu trouves un peu de tout et c’était plutôt marrant de trouver une prof sur ce site. Au début je ne savais pas trop ce que j’allais trouver je me suis dit peut-être que quelqu’un vend une harpe ou quelque chose comme ça !

Ça s’est passé il y a combien de temps ? Depuis quand joues-tu de la harpe ?
J’ai étudié 3 ans avec cette professeur mais ça fait 6 ans maintenant que j’en joue. En fait à un certain moment je me suis dit « peut-être que je devrais commencer de vraies études ? » « peut être que je devrais passer une sorte de bac en performance ? » ou quelque chose comme ça pour devenir vraiment bonne à la harpe puis après je me suis dit « dans le fond je veux juste chanter et faire de la musique pop et je devrais poursuivre dans ce sens et apprendre aussi par moi-même ».


j’écoute beaucoup de r'n'b


Enfin Emilie, dis-moi quelles sont tes Inspirations musicales ?
Je pense que quand j’ai commencé j’étais très influencée par d’autres musiciennes comme Emilie Haines ou Joanna Newsom et je voulais un peu leur ressembler, être ces femmes là. Mais maintenant j’écoute plus des choses qui ont moins de rapport direct avec ce que je fais mais qui viennent m’inspirer d’une autre façon.
Récemment j’ai écouté le dernier album de Franck Ocean par exemple, j’écoute aussi beaucoup de R'n'B, un peu de rap…Je trip toujours sur un album pendant trois mois !!!
Je pense que j’ai beaucoup été influencée par Joanna Newsom, naturellement, c’est un peu la seule référence qui associe comme ça la harpe au chant dans la musique pop. Et c’est une artiste que j’adore mais je pense que ce que je fais au niveau des arrangements avec le groupe, mon travail en général, est quand même bien différent de ce que fait Joanna.
entretien réalisé par Elina Okat. publication avec son aimable autorisation.
Emilie & Ogden Les autres articles Programmation

Vos avis