Kelly, bénévole


Restless heart


 
Backstage
#bénévoles #interview

Publié le 20/12/2015

A la découvertes des coulisses et à la rencontres acteurs de la Cave au quotidien.


« Le repos, j’y penserai quand je ne serai plus de ce monde », voilà la réponse de Kelly quand on lui parle de vacances. En plus d’un honnête boulot dans le marketing, vous croiserez son badge de bénévole aussi bien aux Nuits Secrètes qu’à l’Aéronef. Et vous avez forcément déjà dansé à ses côtés si vous êtes habitué de Dour ou du Magazine !

Son premier souvenir à La Cave, c’est Déportivo : « On déconnait avec un pote originaire de Roubaix à propos de mon petit 1m53, pas très pratique pour apprécier un concert. Je lui ai dit que je ne m’en sortais pas si mal au Théâtre de Poche (Béthune), c’est alors qu’il m’a alors parlé de la Cave ! ».

Quand Kelly débarque à la Cave, elle a l’impression d’être à la maison : « quand j’y accueille des amis, j’ai l’impression de les recevoir dans mon salon ! ».


le plafond est tellement bas, que j’arrive presque à l’atteindre sans lever les pieds !


Bénévole hyperactive depuis cinq ans, elle a choisi de s’investir dans un lieu où il lui semblait que sa bonne volonté serait la plus utile. Mais c’est aussi sa curiosité musicale qui l’a décidée : « J’adore découvrir des nouveaux groupes et styles. Quand mes potes à Dour s’éclatent devant un live de Fakear, je leur réplique toute fière : déjà vu pour 10 balles, il y a quelques mois »

Elle apprécie le public réceptif et la « simplicité conviviale » dont les bénévoles sont les premiers acteurs. Mais surtout : « Le plafond est tellement bas, que j’arrive presque à l’atteindre sans lever les pieds » !


Depuis quand es tu bénévole à la Cave aux Poètes ? Pourquoi, qu'est ce que ça t'apporte ?
Quand j'arrive à La Cave, j'ai l'impression d'être à la maison et quand j'y croise des amis, c'est comme les accueillir dans mon salon !
Plus sérieusement, si je ne me trompe pas ça doit faire cinq ans que je suis bénévole. Nico (le directeur/programmateur) aime me rappeler que suis la plus vieille bénévole ; je rectifie en disant la plus ancienne, même plus ancienne que l'équipe salariée !
A l'époque, j'avais envie de m'investir dans une association et c'est naturellement que je me suis tournée vers la culture.
C'est un domaine qui m'a toujours attiré (d'ailleurs mon premier job quand j'ai fait une coupure dans mes études c'était au sein d'une compagnie de théâtre).

Et puis, en grande fan de musique c'était une évidence de me tourner vers une salle de concert.
A l'époque, j'ai choisi la Cave parce que c'était une petite structure et que j'avais bien plus l'impression d'être utile à la Cave que dans des lieux plus « connus » de la métropole. Je pensais que ma bonnes volontés serait plus utile là bas.
Et je me suis dit aussi que les salles un peu plus grandes de la métropole n'avaient pas de mal à trouver des bénévoles attirés par les noms plus connus programmés dans ces salles.

D'ailleurs c'est aussi la programmation qui m'a attiré à la Cave, j'adore découvrir des nouveaux noms, groupes, styles et la programmation de la Cave y réponds bien.

Et puis le bénévolat à la Cave c'est aussi des supers rencontres. Je m'y suis fait des amis, rencontrer des gens vraiment cool ! Ça permets de discuter musique avec des personnes souvent passionnés aussi bien au sein de l'équipe, des bénévoles ou du public.
C'est donc un enrichissement personnel. S’impliquer dans une association c’est la faire vivre, c’est lui permettre d’exister, de continuer à ce que des concerts, des soirées aient lieu en dehors des grosses structures culturelles et pour le coup, en dehors de Lille !

Comment tu caractériserais la Cave de ton point de vue ? Comment tu la présente à tes amis ?
Les premiers mots qui me viennent en tête c'est simplicité puis convivialité !
C'est le genre d'endroit où tu te retrouves pour la première fois par hasard avec son entrée limite cachée au fond d'un parking... mais où tu reviens souvent pour une bonne raison.
Le public y est très souvent réceptif. Combien de fois, j'y ai vu des colosses d'1m80 danser quitte à se casser le cou !

C'est une salle qui a une véritable identité, une âme notamment grâce à sa configuration. Le plafond est tellement bas, que j'arrive presque à l'atteindre sans lever les pieds.
La sélection musicale y est éclectique. Le lieu intimiste ce qui est cool aussi.
Comme la scène n'est pas surélevée et que la jauge n'est pas toujours atteinte, j'ai parfois eu l'impression d'être sur scène entrain de danser avec l'artiste.

C'est comme un petit cocon ! Sauf quand la salle est bondée, là, la température y monte vite mais tout comme l'ambiance donc ça compense !
Le lieu est agréable après une bonne journée de boulot (la carte des bières n'y est pas pour rien !).


Vos avis