Sam Chivers


Futur proche


 
Graphisme
#interview #artiste

Publié le 04/08/2016

Chaque trimestre et à chaque occasion, la Cave collabore avec des artistes et graphistes de tous horizons !
samchivers.com en savoir plus...


Sam Chivers est un illustrateur britannique qui dessine des images épurées, confrontant nature et progrès sur fond de dystopie. Avec une pointe de poésie et de surréalisme, après une passion pour la BD européenne, il travaille aujoud'hui pour des clients variés et renommés tels que The Economist, le Washington post, ou le Bulletin Magazine.

Peux tu te présenter : ton parcours, tes passions et influences ?
J'ai commencé par dessiner de la bande dessinée, c'était mon ambition depuis l'âge de 12 ans. J'étais un dingue de Judge Dredd et 2000AD, tout autant que Moebius, Enki Bilal, ou Lorenzo Mottotti, ce genre de mecs.
Les BDs que je faisais étaient des improvisations muettes qui ne rentraient pas vraiment dans les cases d'une narration conventionnelle. J'ai réussi à en publier une ou deux mais je n'arrivais pas à en vivre. Ca a été le début de ma carrière d'illustrateur, qu'on peut donc raisonnablement imputer à une problématique économique.

Une grand partie de tes travaux sont destinés au monde de l'édition : est-ce un choix délibéré de ta part ?
J'ai passé 12 ans à travailler pour un petit studio d'illustrateurs, et je me pliais principalement à un style compatible avec la direction artistique globale de la maison. Mais je passais mon temps libre à assouvir ce besoin fondamental de réaliser mon propre travail, en commençant par des sérigraphies notamment.
Ces activités hors cursus ont finies par attirer les magazines, donc ce n'a pas été une démarche active de ma part, mais j'ai été ravi d'accepter les boulots proposés.
Comme la chance sourit aux audacieux, j'ai ensuite fait le pari de quitter le studio pour devenir indépendant.

Ton style est très futuriste et cosmique tout en restant fort ancré dans la réalité et ses aspects scientifiques.
J'ai été élevé par une mère hippie et un père bien plus scientifique. C'est donc aux parents qu'il faut s'en prendre ! Réconcilier ces deux aspects c'est presque le mystère d'une vie : on se contentera d'en célébrer le secret !

Pourquoi la nature est si présente dans tes productions ? Y trouves tu un apaisement, ou cet ordre géométrique qui transparait dans tes compositions ?
Nous vivons tous sur Terre, nous sommes la nature à part entière. Il y a exactement la même quantité de matière dans l'univers aujourd'hui que quelques millisecondes après le Big Bang. Quand nous mourrons, nous retournons dans le pot commun ! Je ne reconnais pas un dieu au sens traditionnel du terme, mais quand je me promène dans la campagne, ou que je dessine, je peux approcher un sentiment de complétude, de fonctionnalité parfaite.

Tu voyages beaucoup pour t'inspirer ?
C'est une des choses qui me manque le plus dans ce boulot : je voyage assez peu, je suis beaucoup à mon bureau, j'ai besoin de cet espace familier pour créer. Techniquement je pourrais voyager et travailler, mais j'ai une jeune famille sur laquelle veiller.
Quand je réussi à voyager, ça me renverse, c'est toujours intense et très inspirant.


like a fucking ninja with no agenda in need of catharsis


Comment as tu abordé le travail pour ce trimestre de la Cave aux Poètes ? 
Comme un putain de ninja, sans ordre du jour et avec le le besoin d'une catharsis car c'était peu après le vote du brexit. On pourrait imaginer une projection angoissée de ce que pourrait devenir ce pays dans un an, mais c'est probablement une expression plus abstraite de mon état d'esprit à ce moment là. En fait j'adore m'inspirer de ces menaces latentes et existentielles.

Est-ce que la musique fait partie de ta routine, et peut être de ton processus de travail ?
Oui, j'écoute beaucoup de musique et principalement quand je travaille. Quand je dois me concentrer sur un dessin, j'ai tendance à écouter des trucs plus ambiants comme Brian Eno, Harold Budd, Jon Hopkins, Nils Frahm, Sinoia Caves, ou les titres les plus posés de Oneohtrix Point Never...
Puis quand j'en arrive à la finalisation, je n'hésite pas à me lâcher un peu plus !

Qu'est ce que tu écoutes et que tu nous recommanderais en ce moment ?
Je ne recommande l'écoute que d'un seul album : « Eden's Island » d' Eden Ahbez. C'est un magnifique et un peu étrange concept-album sortit en 1960.
Eden Ahbez est un mec assez mystérieux, il a écrit une chanson titrée "Nature Boy" qui fut un hit pour Nat King Cole mais il a continué à livre à la dure à L.A. pendant des années, apparemment en campant juste en dessous du signe Hollywood avec sa femme.
J'écoute cet album tous les jours en cuisinant pour ma famille, je le trouve extrêmement réconfortant, comme partir en vacances sur un île tropicale en 1960.


Vos avis

Playlist

10
Eden Ahbez • Full Moon

1
Jon Hopkins • A Drifting Up

2
Oneohtrix Point Never • Rush

3
Harold Budd • Sea, Swallow Me

6
Nils Frahm • Wall

5
Brian Eno • An Ending

4
Sinoia Caves • Forever Dilating Eye

7
Nils Frahm • Hammers

8
Jon Hopkins • Cold Out There

4
Brian Eno • Thursday Afternoon