Stéréo Buro


Duo, fluo, exo !


 
Graphisme
#interview #artiste

Publié le 28/03/2015
Chaque trimestre et à chaque occasion, la Cave collabore avec des artistes et graphistes de tous horizons !
stereo-buro.com


Duo parisien malin, Stereo Buro nous a sauté à l’oeil. Christelle et Diane conjuguent digital, typographie et crayon, pour proposer un univers graphique singulier. La fraîcheur de leur approche colorée et picturale nous a tout de suite donné envie de leur confier la réalisation de l’artwork de ce trimestre : vibrant de couleurs printanières.

Comment est né Stéréo-buro, quels parcours vous ont amené à fonder ce studio ?
Nous avons suivi la même formation en design graphique au sein de la HEAR Haute École d’Art du Rhin et nous avons pris des chemins différents pendant nos deux premières années post-diplôme.
Christelle s’est fait une expérience professionnelle à Berlin, au sein de studios de design tels que Hort où elle a développé un fort penchant pour l’illustration, le design web et l’utilisation créative du code. Diane a, quant à elle, fait ses premières expériences dans des agences Parisiennes où elle s’est spécialisée dans le domaine de la typographie (dessin de caractères, édition...).


nous revendiquons une diversité de médiums pour une meilleure souplesse créative


Notre envie de voler de nos propres ailes nous a amené à nous associer dans une dynamique de complémentarité de médiums et d’affinités esthétiques et musicales. Nous avons donc créé en janvier 2015 Stéréo Buro.

Vos productions font le grand écart entre inspirations très organiques et recherches géométriques. On retrouve aussi du dessin, des photos, ou encore des visuels générés par ordinateur : d’où vient cette diversité de matériaux pour construire vos visuels ?
Stéréo-buro se veut la réunion de l’illustration et de la typographie, du crayon et du code (visuels générés par des logiciels de codes). Nous revendiquons une diversité de médiums pour une meilleure souplesse créative. Nous sommes toutes les deux arrivées au graphisme à travers la pratique du dessin et de la peinture qui nous ont amenées en école d’art, mais ce qui nous a plu dans le graphisme c’est que nous pouvions utiliser diverses compétences sans rester cantonnées à une en particulier.
Notre approche est globalement digitale. L’illustration, elle-même, rejoint une logique numérique. Nous aimons les couleurs franches, les aplats de couleurs qui rencontrent un modelé texturé. Mais la grille (le bagage de tout graphiste) reste l’ossature essentielle de toutes nos images. On aime structurer les formes et les lettres, les assoir sur une logique mathématique et architecturale de la mise-en-page.

Quelles sont vos influences et inspirations en ce moment ? On décèle un goût des couleurs franches, mais aussi d’une sobriété qui côtoie ce foisonnement exotique...
Nous aimons beaucoup l’esthétique du film Tron, pour la prédominance du fond noir et des lignes pures très floues ; cette économie de moyens graphiques très caractéristiques des années 80-90 où le design gardait quelque chose de pur et franc. Mais aussi l’exotisme du Douanier Rousseau pour la richesse et la féérie de ses jungles et animaux.

Comment avez-vous appréhendé le travail du visuel de notre trimestre ?
L’artwork réalisé pour la Cave réunit nos affinités pour les motifs géométriques et pour la chaleur des textures et des matières. Le panel de couleurs évoquées au départ ne correspondait pas à notre palette habituelle, mais cette contrainte nous a paru intéressante et source d’évolution potentielle pour le reste de notre travail.
Les autres articles Graphisme

Vos avis