MAR
28
FEV

19h

Des hauts et débats #3 : Le renouveau de la scène Musiques Actuelles au Maroc

Walid Benselim N3rdistan


Manar Fegrouch


Ali Zarki


Azur DJ set


#NAYDA #CONFéRENCE #DéBAT

 
 
 
Né à Casablanca, en 1984, Walid Benselim est un élève doué et impertinent qui cultive les paradoxes et l’insoumission dès son enfance. Au collège, il fonde avec Houssine alias The Shot, l’une des premières formations de rap au Maroc, rejoint par Widad Broco, la première à raper au Maroc: « Thug Gang » (en hommage à l’album « Thug life » de 2PAC), qui devient un collectif – le « TG Crew » - rassemblant une dizaine de formations.
Le rap marocain en est alors à ses balbutiements et Thug Gang pratique un hip hop très inspiré des standards US de l’époque oscillant entre les deux grandes écoles rivales, East et West Coast.
Avec le temps, ils deviennent les porte-drapeaux de leurs camarades mais aussi d’une partie de la jeunesse casablancaise, en mal de liberté et de nouvelles formes d’expression artistique. Ensemble ils sont lauréats du Tremplin des jeunes musiciens 2001.
Quelques années plus tard, Walid et Widad quittent le Maroc et s’installe dans le Sud-Ouest de la France où ils créent un groupe de rap-métal oriental avec Nazim Moulay à la batterie. En 2011 et après des voyages et des échanges culturels en Afrique, Asie et en Europe, Walid fait appelle à Benjamin Cucciarra, multi-instrumentaliste, pour créer une synthèse numérique de ses rencontres et bâtir les fondements du groupe.n3rdistan.org
 
Issue de la jeunesse marocaine des années 90, Manar Fegrouch s'est installée en France en 2010 pour ses études en sciences sociales et en culture. Passionnée de musique, elle œuvre dans le secteur de l'industrie musicale à travers différents projets (management de projet artistique, organisation de festival, production de concert) dans l'espoir de développer des connexions artistiques entre le Maroc et la France.

 
D’abord étudiant en journalisme à Casablanca, Ali Zarki est arrivé en France en 2014 pour poursuivre ses études en sciences de l’information et de la communication. Au Maroc il a contribué de 2010 à 2013 à Lcassetta, l’un des rares webzines qui propose un vrai travail de rédaction sur la musique au Maroc. Fin 2013, il participe au lancement de Onorient, un autre webzine, qui se focalise sur la culture au Maghreb et au Moyen-Orient, aux lendemains des printemps arabes.

 
Sensorielle et hypnotique, la musique d’Azur relève d’une communion sans limites, à corps perdu avec l’infini et l’astre solaire. Fraîchement signé sur le label Bon Temps records, le premier opus du lillois détonne par la maîtrise de ses tracks électroniques garants d’un éternel été.
Derrière la mécanique rigoureuse et bien huilée, les rythmes hypnagogiques et les clins d’œil tropicaux des titres Pointe à Pitre, Scaramanga et Solarium, se conjuguent étrangement plaisirs d’été, mélancolie et inquiétante étrangeté.
Une invitation au voyage introspectif et au laisser-aller auxquels on ne peut répondre que par l’affirmative.
 • par Pascal Sanson pour Bon Temps magazinesoundcloud.com
 
 
En 2004, des jeunes de Casablanca, issus de milieu modeste lancent un mouvement artistique, baptisé la Nayda.
Ce dernier se voulait un mouvement de contestation et de renouveau. Cette « movida » a été portée par L’Boulevard, creuset artistique dans lequel ont évolués de nombreux jeunes. Ce phénomène de contre culture reste aujourd’hui un marqueur culturel d’une grande portée moderne.
Qu’en est-il de ce mouvement et qu’elles en sont les retombées culturelles, politiques et artistiques en 2017 ?